Les éco-gestes en vacances

Les éco-gestes en vacances

Éco-gestes en vacances : nos petites astuces !

Pratiquer le tourisme vert et l’écotourisme

« Écotourisme », « tourisme vert » « tourisme durable », tous ces concepts mêlant à la fois tourisme et écologie vous font écho… Mais que signifient-ils vraiment ?

L’écotourisme et le tourisme vert sont donc des formes de tourisme durable basées sur l’exploration de la nature et l’implication des voyageurs dans des activités écologiques. On emploie le mot « durable » par opposition au tourisme de masse, avec le désir de préserver le lieu visité et d’encourager les initatives écologiques qui y sont faites.

 

Les objectifs ? Le respect de l’environnement et le développement de l’économie locale.

 

Les valeurs de l’écotourisme sont fortes et visent à impliquer le voyageur dans la protection d’un écosystème et d’un patrimoine écologique, culturel précieux.

  • Quels sont les avantages de l’éco-tourisme ? 
    □ Se dépayser et se ressourcer en pleine nature avec la découverte de nouveaux paysages. L’air sain de la nature pourra s’emparer de vos poumons et propager ses précieuses énergies dans votre corps et votre esprit ! Ce voyage en communion avec la nature peut même vous enseigner ce que vous ignorez encore sur le fonctionnement d’un milieu naturel… de quoi y prendre goût !
    □En plus de prendre de profiter de vos vacances, vous pourrez protéger l’environnement. Via votre engagement, vous contribuerez à faire prendre conscience aux populations locales et aux autres visiteurs de la richesse de cet écosystème.
    □ De plus vous pourrez consommer les produits locaux, frais et biologiques tout en apprenant de nouvelles pratiques issues des populations locales concernant la cuisine, la préservation des ressources, la médecine naturelle…
  • L’éco-voyageur et ses déplacements 

Une mobilité qui se veut écologique : privilégiez le vélo, la marche à pied ou les transports locaux (pousse-pousse)  non polluants et respectueux de l’écosystème pour le petits parcours !

Pour les trajets les plus longs, vous pouvez minimiser l’impact écologique des transports que vous utilisez en optant pour le co-voiturage et le train…

 

La pratique du slow travel

Pour ceux qui ont envie de prendre leur temps pour mieux apprécier les lieux environnants, vous pouvez « voyager lentement »… oui oui, il s’agit bien d’une pratique !

Le slow travel est une alternative aux circuits de vacances classiques, qui propose de ralentir le rythme effréné de nos vies quotidiennes pour mieux s’imprégnier d’un lieu. Cela consiste à voyager en prenant son temps afin de minimiser au mieux notre empreinte carbonne.

Prendre ainsi son temps peut sembler annodin, mais peu d’entre nous sont suffisament patients lorsqu’ils sont en vacances. Et puis en restant plus longtemps dans un endroit, vous pourrez davantage découvrir sa culture, son histoire et ses habitants.

Par ailleurs, lors de vos randonnées ou de vos ballades, ne jetez pas vos déchets dans la nature. Gardez-les sur vous jusqu’à trouver une poubelle. De même, évitez de prélever les éléments naturels (pierres, plantes…). Privilégiez aussi au maximum les sentiers aménagés et balisés afin de ne pas piétiner les plantations

 

  •  Les petits gestes pour le respect de l’environnement et du patrimoine

Petit mode d’emploi :

– Consommer les produits locaux et choisisir les hébergements responsables.

– Faire au maximum des activités respectueuses de l’environnement. 

D’ailleurs, si vous le souhaitez, vous pouvez même agir auprès des habitants dans la preservation des ressources. Ce serait un bon moyen d’apprendre des savoirs-faires écologiques que vous ne connaissez pas encore et que vous pourriez ensuite appliquer chez vous. N’oubliez pas également de trier vos déchets et d’adopter les petits éco-gestes simples mais efficaces : comme le fait d’éteindre la lumière, ne pas gaspiller l’eau, ne pas laisser les appareils allumés s’ils ne sont pas utilisés.

Et n’oubliez pas, que le bonheur en vacances, se trouve juste devant vos yeux  :

 

« La nature est éternellement jeune, belle et généreuse. Elle possède le secret du bonheur, et nul n’a sur le lui ravir » Georges Sand

Transport écologique : se déplacer sans polluer !

Transport écologique : se déplacer sans polluer !

LE TRANSPORT ÉCOLOGIQUE : SE DÉPLACER SANS POLLUER ! 

Lorsque l’on part au travail ou que l’on rejoint nos amis pour boire un verre, le transport en commun ou la voiture nous semblent incontournables. Cependant il existe désormais des alternatives à ces transports, non polluantes et tout aussi rapides ! En plus de limiter la quantité de gaz à effet de serre émise et les pertes potentielles de temps, ces nouveaux transports vous assurent de plus en plus de confort et d’efficacité.

Voici une petite liste des transports les plus durables et écologiques… et vous allez voir, que cela ne se limite pas forcément aux vélos !

 

  • Le vélo 

Rapide avec votre vélo, vous évitez les embouteillages et trouvez facilement un endroit où stationner.

C’est peu coûteux, cela ne nécessite pas de grands frais d’entretien ou de réparation.

Et vous n’aurez pas besoin de faire le plein ou de dépendre de quelqu’un pour vous déplacer. En plus de garantir votre autonomie, cela contribue à votre bonne santé.

Car faire du vélo, c’est aussi faire du sport en conciliant l’utile à l’agréable !

  • La trottinette 

La trottinette, qu’elle soit électrique ou non, dispose de nombreux critères que vous pourrez privilégier selon vos usages.

La vitesse, les freins, le confort en font partie et rendront votre mobilité plus agréable tout en amortissant les chocs sur votre route.

Si vous souhaitez effectuer de petits parcours, la trottinette est votre allié ! Aisément transportable, la trottinette est pratique car elle vous permettra de varier les modes de transports tout en gagnant en rapidité.

  • Le skate board 

Une autre alternative pour une mobilité éco-responsable est l’usage du skate board pour vos déplacements !

Même si cela nécessite une maîtrise de l’équilibre avant de se lancer, après quelques entraînements, vous pourrez parcourir librement la ville.

Facile à transporter, la planhce à roulettes est une alternative non encombrante.

Vous la prenez sous votre bras et poursuivez tranquillement vos activités dans les magasins ou en centre-ville. De plus vous pouvez trouver facilement des skates écologiques fabriqués à partir de matériaux naturels et responsables !

  • Le monocycle aussi appelé le gyroroue

Si vous avez des talents d’équilibriste, n’hésitez pas à repousser vos limites en expérimentant la mobilité avec une seule roue !

Pas de volant, pas de commandes et pas de siège pour ce nouveau mode de transport qui vous permettra d’avancer à votre convenance.

Au poids du corps, et avec un équilibre sans faille, le monocycle vous mènera là où le souhaiterez. Considéré comme le transport urbain du futur, il s’agit d’une alternative à la fois ludique et pratique.  Sensation et amusement sont toujours au rendez-vous avec lui !

  • Les patins à roulettes et roller

Le roller comme le patin à roulettes est une autre manière de se déplacer en ville.

C’est un moyen de transport urbain maniable et rapide, qui permet de se faufiler avec fluidité et un rythme soutenu !

Avec de la maîtrise, vous pouvez facilement contrôler vos trajectoires et descendre des trottoirs.

Lorsque vous arrivez à destination, vous pouvez les ranger dans votre sac à dos et les échanger avec vos chaussures. 

Peu encombrant, ce mode de transport doux est silencieux et permet un déplacement souple et discret.

 

 

 

La mobilité et l’environnement ? Ce n’est pas si compliqué… mais il vous faut connaître les bonnes astuces !

Ma routine zéro-déchet !

Ma routine zéro-déchet !

UNE ROUTINE ZÉRO-DÉCHET, C’EST POSSIBLE !

Pourquoi notre qualité de déchets est-elle si élevée ?

 

Car nous sommes enclins à une surconsommation de produits à usage unique (par exemple l’usage des couverts en plastique,  des pailles, du coton-tige…). Ce sont autant de produits qui aussitôt utilisés deviennent des déchets qui, le plus souvent, polluent les océans et l’environnement terrestre.

 Comment diminuer nos déchets ?

 

         ➔ Pratiquer le zéro-déchet (ou presque) :

Le zéro-déchet est une pratique qui vise à réduire au maximum notre production de déchets. L’objectif de cette démarche, qu’elle soit individuelle ou collective, est de revoir son mode de consommation afin de produire moins de déchets et d’intégrer le recyclage à nos modes de vie.

         ➔ Pour pratiquer le zéro-déchet, on peut agir :
  • en réduisant le jetable
  • en prolongeant la durée de vie de nos objets ou en leur attribuant un autre usage
  • en triant et en recyclant
  • en compostant les biodéchets
  • en adoptant des gestes simples et des objets utiles à usages multiples

 

Adopter des gestes simples pour une routine économique et zéro-déchet  :

 

                          → Privilégiez les mugs et les contenants en verre au bureau comme à la maison

                          → Utilisez des boules à thé

                          → Choisissez les cotons et les lingettes lavables

                          → Emportez votre tote-bag avec vous

                          → Préparez vous-mêmes vos produits ménagers (à base de savon noir et de vinaigre) et vos cosmétiques

                          → Utilisez une brosse à dents et des cotons tiges en bambou

                          → Faites votre propre shampoing et votre dentifrice maison

 

Optez pour une consommation durable et responsable au quotidien en optant pour des produits éco-responsables, réutilisables.
Mieux vaut éviter les produits plastiques et polluants !
Du 30 mai au 5 juin, Semaine du Développement Durable #SEDD2019

Du 30 mai au 5 juin, Semaine du Développement Durable #SEDD2019

Chaque année, de nombreux événements relatifs à l’environnement et au développement durable se déroulent en France et en Europe.

C’est le cas dès le 30 mai et jusqu’au 5 juin avec la Semaine du Développement Durable.

Elle a pour objectif de mettre en avant le développement durable, ses enjeux, l’Agenda 2030 et ses 17 objectifs à atteindre à l’horizon 2030.

Conférences, expositions, projections de films et projets d’éducation seront proposés au public afin de faire connaître les démarches mises en places dans le cadre de cet évènement.

A noter que Wasteblasterz sera en visite le 3 et le 6 juin prochain, dans les écoles de la ville de Vénissieux, dans le Rhône, pour leur apprendre, en s’amusant, à sauver la planète grâce à la mallette de jeu Wasteblasterz.

Vous souhaitez participer à l’un des évènements de cette semaine : C’est ici que ça se passe: #SEDD2019

Une goutte, deux gouttes, trois gouttes et des milliers de litres d’eau

Une goutte, deux gouttes, trois gouttes et des milliers de litres d’eau

 

Laisser une toute petite goutte d’eau, faire flop toutes les 4 secondes, vous fera gaspiller 4,5 litres par jour, soit plus de 1600 litres d’eau par an couler pour rien. Qui dit gaspiller de l’eau, dit également gaspiller de l’énergie.

Mais pourquoi de l’énergie alors qu’on parle d’eau? Tout simplement parce qu’il faut de l’énergie pour pomper cette eau, la filtrer, la traiter et l’acheminer jusqu’au robinet. Une fois consommée avec attention, il faudra aussi de l’énergie pour traiter le retour de l’eau jusqu’à la station d’épuration.

Si cette goutte d’eau accélère sa cadence et goutte toute les 2 secondes, alors ce seront 9 litres d’eau perdus par jour, soit environ 3 500 litres d’eau par an. Si chaque seconde cette goutte tombe, alors ce seront plus de 6500 litres d’eau de gaspillés soit l’équivalent de 100 douches. Encore plus vite, deux gouttes par seconde, ce sera l’équivalent de 36 litres d’eau potable perdus par jour.

Gaspiller de l’eau, c’est aussi participer à la pollution des cours d’eau, en augmentant le volume d’eaux usées jusqu’à la station dépuration.

Il est donc très important, pour son budget et pour l’environnement de faire la chasse aux fuites d’eau.

 

Quelques petits conseils pour surveiller son installation:

20% de la consommation domestique d’eau est la conséquence de fuites. Il est fort possible qu’à cause de résidus d’aliments, de cheveux, de gels etc. les canalisations soient encombrés, augmentant la pression dans les tuyaux. C’est alors que des fuites se créeront.

Pour déterminer s’il y a des fuites, il suffira de relever le compteur d’eau le soir et de comparer la valeur avec celle du lendemain matin. Si différence il y a, alors fuite il y a.

Le top 10 des éco-gestes indispensables aux économies d’eau domestique:

1. Préférer une douche plutôt qu’un bain.

2. Optimiser sa chasse d’eau et ses robinets.

3. Vérifier qu’il n’y ait pas de fuite.

4. Fermer les robinets systématiquement.

5. Récupérer son eau de rinçage.

6. Utiliser le lave-vaisselle…quand il est plein !

7. Faire moins de machines.

8. Récupérer l’eau de pluie pour arroser ses plantes.

9. Arroser son jardin durant les heures les plus fraiches de la journée (tôt le matin ou à la tombée de la nuit).

10. Sélectionner des plantes moins gourmandes en eau.

Vous connaissez d’autres astuces éco-gestes?

Envoyez-nous vos idées…

Laver ses emballages avant de les jeter. Bonne ou mauvaise idée?

Laver ses emballages avant de les jeter. Bonne ou mauvaise idée?

Boite à pizza, boîtes de conserves, briques de lait ou de soupe, bocaux, il est inutile de laver ces différents types d’emballages, il suffit juste de bien les vider.

Même salis, il ne gênent pas le processus de recyclage ; si vous les lavez, vous gaspillez de l’eau qu’il faut ensuite traiter. Le tri ne doit pas engendrer le gaspillage de ressources naturelles comme l’eau. Il faut simplement bien les débarrasser de leur contenu pour qu’ils soient recyclés.

L’Ademe propose une plateforme numérique qui répondra à toutes vos questions « Que faire de mes déchets ? » . Un outil très intuitif, car grâce au nom de l’objet en question, une réponse précise sur l’endroit où s’en débarrasser avec une explication précise sur son devenir, est proposée.

Vous pourrez même découvrir les lieux de collecte les plus proches de chez vous. L’Ademe vous proposera également de télécharger l’application « Le Guide du Tri » , avec ses plus de 50 000 points de tri en France.